Skip links

LE MARCHÉ DU BRICOLAGE ET DE L’HABITAT FAIT FACE À UNE CRISE D’APPROVISIONNEMENT SANS PRÉCÉDENT (Partie 2)

Suite à l’intérêt suscité auprès de nos collaborateurs par l’interview sur la crise des matières premières, nous recevons de nombreuses demandes de renseignements sur l’évolution de la situation.

Il y a beaucoup d’incertitudes et d’informations contraires, nous avons donc décidé de partager à nouveau notre vision.

Pour cela, nous avons invité notre directeur comercial, Iñaki Bringas pour connaître son avis de première main:

 

Bonjour Iñaki, pouvez-vous nous faire part de l’évolution de la situation générale des matières premières?

Bonjour, la dernière fois que nous avons discuté, la situation était un peu chaotique, avec les principaux intrants productifs : acier, bois, transport, énergie… dans un rallye de montées interminables.

À l’heure actuelle, nous pourrions dire que les prix sont à des limites historiques.

Par exemple, l’acier laminé à froid, le principal intrant de notre fabrication, est actuellement à un prix aciérie de 1.320 € / Tm. L’année dernière, il a atteint un minimum de 500 € / Tm, ce qui représente une augmentation de + 164% d’une année sur l’autre.

L’acier a subi des hausses de prix pratiquement constantes de + 100 € / Tm. par mois jusqu’au 1er juin, depuis lors, il est stable jusqu’à aujourd’hui.

Les panneaux de particules et les panneaux d’aggloméré brut ont subi une situation similaire. Les prix ces dernières années avaient été très stables, dans des environnements de base de 250 €/m3, et actuellement ils sont à 500 €/m3 depuis 2 mois. Cela représente une hausse de 100 % d’une année sur l’autre.

De même, le pétrole, l’énergie et enfin le transport maritime sont à des limites historiques.

 

Peut-on donc penser que le pire est passé et que la situation devrait s’améliorer à court terme ?

Comme nous l’avons dit l’autre fois, nous n’avons pas de boule de cristal, et faire une prévision serait très risqué de notre part.

Ce que nous pouvons faire, c’est une analyse de la situation générale :

MARCHE DE L’ACIER :

Nous devons regarder à la fois à l’offre et à la demande. Actuellement, l’offre est très limitée :

– L’UE a communiqué le 25/06, la prolongation des mesures de sauvegarde sur les importations de produits sidérurgiques pour 3 années supplémentaires. Cette mesure affecte les importations d’acier en provenance de pays comme la Chine et la Russie. Cela limite les capacités disponibles en Europe pour les 3 prochaines années et protège les prix des aciéries européennes.

– La Chine a supprimé les aides aux exportations d’acier : Cela représente un changement de paradigme : passer d’exportateur à importateur net. Pour cela, ils ont supprimé le remboursement d’impôt entre 12 et 15 %.

– Les importations indiennes doublent les quotas alloués dans l’UE au troisième trimestre. Après l’ouverture récente de la nouvelle période contingentaire, plus de 300 000 MT d’acier indien sont en attente d’attribution dans les ports européens. Plus du double du quota attribué. Cela signifie que soit il faut attendre le trimestre suivant pour les attribuer, soit les tonnes de plus seront importés avec un droit de douane de 25%.

– Nouvelle taxe à l’exportation d’acier en Russie de 15%. La Russie veut réduire ses exportations d’acier, donc toutes les exportations à partir du 1er août 2021 seront taxées à 15%.

– L’UE enquête sur l’application d’un nouveau tarif aux bobines galvanisées d’origine turque et russe : la Commission européenne (CE) a annoncé le 24 juin avoir ouvert une enquête sur les importations de bobines galvanisées à chaud (BGC) en provenance de Turquie et Russie. Cela pourrait encore réduire l’offre pour l’année prochaine.

– Réduction des émissions de CO2 : En plus de tout ce qui précède, l’UE publiera un projet environnemental à la fin du mois de juillet. En principe, les émissions des aciéries doivent être réduites de 50 % d’ici 2030. Cela représente des investissements de plusieurs millions de euros pour les aciéries européennes, qui commencent déjà à annoncer des taxes de CO2 dans leurs prix. Par conséquent, une augmentation de prix supplémentaire est attendue en raison de ce facteur.

En plus de toutes les informations ci-dessus, nous devons inclure un événement qui, bien que temporaire, aura de graves effets à court terme :

 Tragédie des inondations en Allemagne de l’Ouest : les inondations en Europe auraient endommagé quelque 80 000 à 100 000 tonnes d’acier, avec des conséquences désastreuses pour la chaîne d’approvisionnement. Des sources de l’industrie pensent que le mois prochain, il y aura une pénurie de matériel.

En conclusion: L’offre d’acier en Europe est et restera de plus en plus limitée. La géopolitique prend de plus en plus d’importance dans ces domaines, et tous les pays essaient de protéger et de retenir les matières premières pour le développement de leurs marchés intérieurs.

Il est donc risqué de s’attendre à ce que les prix baissent avec autant de limitations de l’offre. Il faudra voir comment évolue la demande. Nous sommes depuis 2 mois avec une demande automobile faible, motivée par la crise des semi-conducteurs, et pourtant les prix se sont maintenus. Il est prévisible qu’au cours des prochains mois la demande automobile se réactivera, et dans cette situation, de nouvelles augmentations de prix ne peuvent être exclues.

MARCHE DU BOIS :

Au début de 2020, nous avons vu comment les prix des panneaux ont commencé à augmenter de façon exponentielle. Ces augmentations étaient motivées par 2 facteurs : Une forte demande de l’industrie du meuble et une offre limitée en Europe, compte tenu des fortes importations en provenance des États-Unis en raison de l’effondrement de sa principale source d’approvisionnement : le Canada.

Nous sommes actuellement confrontés à une interdiction imminente d’exportation de grumes par la Russie. Toute l’industrie est préoccupée par la pénurie qui pourrait résulter de cette mesure.

Si cela se produit, outre l’impact direct (3,6 millions de tonnes de grumes), l’impact indirect est que l’interdiction russe va couper l’approvisionnement de la Chine, première destination d’exportation des grumes russes. La Chine sera obligée de rechercher des sources alternatives pour cette matière première clé. En fait, elle a déjà considérablement augmenté les importations de grumes européennes au cours des derniers mois.

Dans ce cas, la conclusion que l’on peut tirer est encore plus pessimiste que la précédente. Le marché du bois va être complexe au cours des prochains mois, et j’oserais dire, des années. C’est un secteur à forte demande, où l’offre commence à prendre des mesures protectionnistes, et qui sera fortement affecté par les facteurs de durabilité environnementale.

 

Et face à toutes ces difficultés, quelle stratégie suit AR Shelving ?

AR Shelving a fait le pari depuis le début de la crise de suivre une stratégie de garantie d’approvisionnement : acheter au prix nécessaire sur le marché pour garantir le service à nos partenaires.

Sur l’affiche, c’était une stratégie correcte, puisque nous avons vu de nombreuses entreprises du secteur qui ont paralysé les achats en raison de la hausse des prix, et ont finalement connu des ruptures d’approvisionnement récurrentes.

Dans la pire crise des matières premières jamais connue,  l’ensemble de la distribution AR Shelving a eu le produit dans ses rayons.

Notre stratégie est et restera la même: Négocier dans les meilleures conditions possibles, mais toujours dans la perspective que le service passe avant tout.

Nous avons mis à jour nos tarifs de manière totalement transparente et objective à notre distribution en fonction des augmentations de coûts réelles. Et j’en profite pour vous adresser un message de gratitude : Pour la confiance que vous nous accordez, pour avoir compris la difficulté de la situation et pour nous soutenir dans ces mises à jour.

Nous continuons à travailler pour que vous puissiez continuer à grandir avec nous, et l’année prochaine sera également riche en nouveautés que nous vous présenterons très prochainement.

Grupo Arania news

Do you want to know the latest news about the group we are part of?